COMMENT HARMONISER LES COULEURS ?

Nous aimons l’harmonie des couleurs et, souvent, parce que les couleurs sont en harmonie, on apprécie une photo qui pourrait être finalement quelconque. L’harmonie attire donc notre regard et nous transmet des émotions.

Mais comment peut-on faire pour harmoniser les couleurs en photographie ? Est-ce possible ? Il y a deux plusieurs façons d'associer les couleurs. Ces règles appartiennent à la composition photographique.

ON ASSOCIE LES COMPLEMENTAIRES

Il s’agit de définir une harmonie de couleurs complémentaires à 2 tons.

cercle complementaires

Sur le disque chromatique (voir l’article « les couleurs »), et sur un même diamètre, chaque couleur est définie comme la complémentaire de celle qui lui est opposée, elles se font face sur le disque.

Deux couleurs sont dites complémentaires lorsqu’elles créent entre elles un contraste et une tension visuelle qui les fait ressortir et qui attire le regard.

Dans la pratique, ces couleurs vont se renforcer et paraîtront plus vives et plus contrastées qu’en isolées. Afin de les adoucir éventuellement, il convient, dans ce cas, d’utiliser des couleurs pastel. Elles sont très à la mode actuellement en décoration d’intérieur.

C’est la plus simple harmonie à mettre en place : par exemple, le jaune est l’opposé du violet, le bleu de l’orange, le vert du pourpre, le rouge du turquoise et ainsi de suite. Vous faites tourner un diamètre sur le disque chromatique et vous déterminez ainsi qui est la complémentaire de qui.

cercle complementaires 2

QUELQUES EXEMPLES CONCRETS :

Vous êtes à la plage, le bleu du ciel et l’orange du sable se renforceront.  Vous faites une séance de prise de vue sur le littoral : le bleu sera la complémentaire de la couleur de la peau. Vous vous lancez dans une nature morte, choisissez bien vos couleurs pour doper votre photo (couleurs d’un fruit, d’une fleur, d’une plante…).

Il vous faut donc rechercher, le plus souvent possible, de bonnes associations en photographie. Il est vrai que rencontrer ces types d’associations au coin de la rue n’existe pas. Encore faut-il les essayer de les repérer dans le cadre. Je vous engage à avoir sur vous un disque chromatique et à vous y référer souvent.

ON TESTE LES ANALOGUES

On appelle couleurs analogues (plus communément appelées couleurs semblables) trois couleurs adjacentes du cercle chromatique. Elles se trouvent directement à droite et à gauche de la couleur de référence (choisie).

Exemple : La couleur de référence est l’ocre. Les trois couleurs analogues sont le jaune, l’ocre et l’orange.

Bien que cette association puisse être agréable à regarder, elle peut aussi procurer parfois une impression de monotonie ou de manque de dynamisme.

Bien entendu, à part, les natures mortes que l’on peut créer, dans la nature, il est difficile de trouver ce type d’harmonie de couleurs sauf peut-être dans les sous-bois en automne.

cercle analogues

ON MET EN SCENE LES MONOCHROMES

Comme son nom l’indique, il s’agit de mettre dans le cadre une seule couleur. On définit les monochromes ou camaïeux comme l’association des teintes foncées, moyennes et claires d’une même couleur.

cercle monochrome

Elles produisent souvent une impression de calme et d’unité, mais le risque de ce type de photo est d’être parfois plate ou peu lisible pour l’observateur.

Il faut donc se rappeler que les teintes claires attirent d’abord le regard, puis viennent les foncées. De même, les couleurs saturées attirent le regard avant les ternes. Il convient donc de rechercher des zones lumineuses (des zones d’accroche) et de les placer aux bons endroits, au niveau du sens de la lecture d'une photo par exemple.

Ces schémas permettent de composer une photo propre et minimaliste. Il y a peu de chance de faire une fausse note. C’est l’harmonie la plus simple à mettre en oeuvre.

Par exemple, les couleurs de la mer des Caraïbes ou de la Méditerranée ou même de La Tranche-sur-Mer, se déclinent le plus souvent en couleurs monochromes (de près, au milieu et de loin). Avec le bleu du ciel en plus, on peut composer une harmonie de couleur analogues.

En conclusion, limiter le nombre de couleurs, et essayer le monochrome, peut-être une très bonne piste créative. A vous d’essayer.

ON ASSOCIE 3 COMPLÉMENTAIRES ADJACENTES

3 complementaires adjacentes

Dans ce cas de figure, on fait le choix d’une couleur, puis on détermine sa complémentaire (opposée sur le cercle) et on sélectionne les couleurs qui se trouvent de chaque côté (à droite et à gauche). Les trois couleurs, sur le disque chromatique, forment alors un triangle (isocèle en géométrie).

Dans cette association, le choix des couleurs est plus large et ne dérive pas trop de l’harmonie complémentaire. Ce schéma offre un contraste élégant, moins marqué qu’une combinaison complémentaire classique. Les couleurs vont créer une combinaison naturellement agréable à regarder.

Là aussi, il faut se poser la question : est-ce possible de mettre en pratique cette procédure en photographie ? Pour les compositions c’est évident. Cette association offre un contraste agréable, moins marqué qu’une association complémentaire. Pour les paysages, c’est pratiquement impossible.

ON JOUE L’HARMONIE ÉQUILATÉRALE À 3 TONS

triade

Un autre cas de figure dénommé « harmonie triadique », qui n’est pas trop éloigné des trois complémentaires adjacentes, consiste dans l’utilisation de trois couleurs situées, sur le cercle chromatique, au sommet d’un triangle équilatéral.

C’est un schéma que l’on peut qualifier de « dynamique » qui permet de créer un équilibre au sein duquel l’une des trois teintes, par exemple est dominante, alors que les deux autres sont en appui. C’est ce que l’on appelle « la règle des proportions ».

L’HARMONIE À 4 TONS

Dans cette association, on continue de réviser le nom de nos figures géométriques, avec le rectangle.

tetradiques

On essaye de mettre en oeuvre deux paires de couleurs complémentaires par les diagonales du rectangle - soit quatre couleurs du cercle chromatique - placées aux sommets d’un rectangle centré sur le cercle. Nous avons donc quatre points d’ancrage de couleur.

Ce type d’harmonie est utilisé lorsque l’on a des éléments, des sujets qui doivent se démarquer les uns des autres, comme par exemple sur une affiche. En ce sens, sa mise en oeuvre relève le plus souvent de l’infographie. En photographie, cela semble difficilement réalisable hormis les compositions. Elle est peu utilisée.

LES ACHROMATIQUES

noir et blanc

C’est le cas du noir et blanc assortis plus ou moins de gris. Vaste sujet qu'est le noir et blanc, nous y avons déjà consacré une exposition.

CONCLUSION

On pourrait dire que la théorie n’est pas trop compliquée à comprendre.

On sait que les couleurs attirent notre attention. On sait aussi maintenant que chaque couleur a un impact bien particulier sur d’autres couleurs et on sait que les harmonies de couleurs doivent être recherchées.

Au quotidien, lors des sorties ou des séances photos, je vous propose d’utiliser le cercle chromatique pour réfléchir à l’utilisation des couleurs ou mieux, à repérer les harmonies qui se présentent dans le cadre.

A vous de jouer avec les couleurs

Encore faut-il pouvoir les mettre en oeuvre au niveau de la composition photographique. Parfois, c’est rare mais possible, encore faut-il les voir et les mettre en scène, le plus souvent non, voire jamais dans certaines configurations. Mais il faut essayer !

 

Site des photographes tranchais © ATPA