LA CRITIQUE D'UNE PHOTOGRAPHIE

Définition : "La critique est un examen raisonné, objectif, qui s'attache à relever les qualités et les défauts et donne lieu à un jugement de valeur". Discerner dans une photo, l'ensemble des qualités et des défauts qui la rendent plus ou moins conforme à une perfection idéale. (Wikipedia)

Dans la vie de notre association  (Association tranchaise de photographes amateurs), nous organisons régulièrement des réunions techniques. Dans ce cadre, il est apparu intéressant d'aborder, ensemble, le thème de la critique photo.

Critiquer d’une manière constructive c'est quoi ?

C’est souligner les points faibles de la photo et valoriser ses points forts, mais c’est aussi proposer des voies d’améliorations et de progrès possibles pour le photographe et les membres de l’association. Pour cela, il faut savoir analyser ses photos et celles des autres.

C’est un véritable apprentissage à prendre très au sérieux qui devient vite passionnant si on fait partie d’un groupe Facebook ou comme dans notre cas, une association. C’est aussi un apprentissage progressif de l’oeil, une acuité qui s’affine progressivement en l’habituant à prendre en compte l’ensemble des paramètres que l’on peut analyser sur une image.

Faire la critique d’une photo demande des qualités humaines en plus de compétences photographiques. Une approche très diplomatique de type « progressive » est donc fortement conseillée. Il faudra avoir du tact et de la bienveillance pour ne pas blesser le photographe amateur ou expert souvent convaincu de la qualité de sa photo.

EXISTE-T-IL DES REGLES, UNE METHODOLOGIE ?

Voici quelques réflexions que vous pouvez  appliquer :

  1. La première question que je me pose c’est : est-ce que cette photo me plait ? (et je garde pour l’instant ce jugement pour moi).
  2. Le deuxième question est : pourquoi a-t-on pris cette photo ? ici c’est l’intention qu’il faudra comprendre. Si c’est votre photo, vous savez répondre à cette question, si c’est celle d’un autre que l’on critique, on ne peut pas le savoir exactement. Mais si on ne la perçoit pas, c’est peut-être mauvais signe !

Faisons à ce niveau, une segmentation qui se veut très artificielle : partie critique technique (plutôt objective) et partie critique artistique (très subjective). Pour chaque partie, vous commencerez par les points négatifs de la photo pour finir par les points positifs afin de terminer sur une bonne image !.. 

Les bases de la méthode étant posées, il faut maintenant affiner l’analyse et déterminer les points importants qui donnent de la force à la critique.


LES ASPECTS TECHNIQUES

boite outils

Pour appréhender les aspects techniques, il faut visualiser les EXIF si elles sont disponibles (heure, ouverture, vitesse, sensibilité, mode de mesure, focale, flash…). Cela permet de faire le lien entre l’intention, la qualité de la photo et les paramètres utilisés. Sans les EXIF, ce sera plus complexe, mais pas impossible.

L’OUVERTURE

L’ouverture est abordée dans ce petit article (triangle-photo) que je vous conseille. L’ouverture agit directement sur la profondeur de champ. On va donc surtout observer, dans notre critique, si l’ouverture choisie correspond à une profondeur de champ souhaitée dans la situation photographiée. 

En fonction du sujet, le photographe a-t-il choisi une petite ou une grande ouverture selon ses besoins de netteté ou de flou ? Cette profondeur de champ maîtrisée met-elle un élément particulier de la photo en valeur ou plutôt son ensemble ?

Le choix de la partie nette est important car l’attention du lecteur se focalisera dessus, cependant on peut prendre une photo entièrement floue si on sait pourquoi  (La photo de la parade des flamants roses de Tony Crocetta illustre bien cette intention : le flou de vitesse). Pour finaliser la lecture, on listera les éventuels défauts en s’interrogeant sur le pourquoi. Si les choix sortent un peu de l’ordinaire, il peut y avoir une bonne raison ou pas.

LA VITESSE D'OBTURATION

Avant toute chose, on pourra relire l’article des Photographes tranchais sur les modes à privilégier (modes-a-privilegier). Après avoir pris connaissance du choix du photographe (si les EXIF sont disponibles), il faut se poser la question suivante : était-il nécessaire de figer un mouvement rapide ou au contraire de créer des flous de sujet ? Cela dit, le photographe pourra, sans  trépied, être rapidement limité (pas de vitesse vraiment trés lente sans trépied)

La photo examinée montre-t-elle une vitesse d’obturation qui a été modulée et maîtrisée en fonction du sujet ?

Pour finaliser la lecture, on listera les éventuels défauts en s’interrogeant, là aussi, sur le pourquoi. Si les choix sortent un peu de l’ordinaire, il peut y avoir une bonne raison (ou pas).

LA SENSIBILITE ISO

La sensibilité est abordée succinctement dans cet article (triangle-photo). Je vous invite à le relire. Le principe de base est le suivant (rappel) : il vaut mieux régler la sensibilité (ISO) le plus bas possible. Les constructeurs étalonnent souvent le capteur à 100 ou 200 ISO.

Dans la critique, nous tenterons de voir si la sensibilité a été choisie correctement en fonction de l’intensité lumineuse et si le photographe a bien évité les sur-expositions ou les sous-expositions non voulues (s’est-il aidé de l’histogramme ?)

LA LUMIERE ET L'EXPOSITION

Toujours dans notre quête d’éléments permettant de poser quelques bases d’une critique constructive, la source principale de la lumière est à considérer (naturelle ou artificielle). D'où vient-elle ? (soleil, éclairage intérieur, flash) ? Est-elle douce ou dure ?

La photo est-elle correctement exposée ? Est-elle sur-exposée ou sous-exposée ? Ces effets sont-ils voulus ou subis par le photographe ? On peut ensuite regarder les couleurs. Sont-elles harmonieuses ? La photo a-t-elle été réalisée durant les "golden hours" (le matin de bonne heure ou en fin de journée) ? Y-a-t-il complémentarité des tons ? Enfin, si la photo est celle d’un sujet, les ombres sont-elles bien maîtrisées ? l’assombrissent-elles ?

Passés ces quatre points (ouverture, vitesse, sensibilité et exposition) votre avis sur les aspects techniques commence à s’étoffer.

LE TYPE D'OBJECTIF

Deux cas de figure sont assez classiques : le grand-angle et le téléobjectif.

Le grand angle est souvent utilisé pour les photos de paysage (profondeur de champ augmentée, perspective améliorée..). L’utilisation de cet objectif est-il pertinent ? améliore-t-il la photo ? Existe-t-il des déformations optiques ?

Pour de la photo de portrait, on utilise plutôt des téléobjectifs (sujet plus isolé, profondeur de champ réduite, distance au sujet plus élevée.. ). Si ce choix a été fait, quel est l’effet rendu sur la photo ?

LE POST-TRAITEMENT

Dans l’examen d’un photo soumise à la critique, l’existence d’un post-traitement, qui peut agir sur la saturation des couleurs, le contraste, la netteté, le cadrage… doit être impérativement pris en compte. 

Le choix de la température des couleurs, du contraste... sont-ils justes ? L’ambiance générale de la photo est-elle neutre, froide ou chaude ? Globalement, le post-traitement proposé et appliqué améliore-t-il la photo ?


LES ASPECTS ARTISTIQUES

creativiteC’EST ENCORE L'INTENTION QUI COMPTE !

Beaucoup de pages existent sur Internet à propos de l’intention photographique ! Beaucoup d'articles parlent de l’"intention manifeste ou implicite, déclarée ou supposée" du photographe. Il est bon d'aller lire ces articles pour en faire une synthèse personnelle. Finalement, le photographe tente-t-il de faire passer un message clair ? Les paramètres qu'il a adoptés servent-ils sa photo ou le message qu'il a voulu faire passer ?

UNE IDEE OU UN SUJET

Le photographe a voulu faire passer une idée :

Si vous travaillez plutôt sur une idée que vous voulez faire passer à travers une photo, faites en sorte qu’elle soit précise et qu’on la comprenne. Si le spectateur ne la comprend pas, c’est en général que vous avez échoué à faire passer votre message.

 Le photographe a travaillé sur un sujet : 

Dans l’idéal, vous devez avoir un vrai sujet et quelque chose à faire passer avec votre image.

– Chercher le sujet : Le sujet est il facilement identifiable, y a-t-il éventuellement un sujet secondaire ? Pour vous aider dans cette démarche n’hésitez pas à vous poser les questions : Quoi ? Qui ? Quand ? Où ?

le choix du sujet (est-il facilement identifiable ? si non, pourquoi, qu’est-ce qui distrait l’œil ?) ;

LA COMPOSITION D'UNE PHOTO

Pour être intéressante, une photo se doit d'être harmonieuse, raconter une histoire ou provoquer une émotion. Le photographe a obligatoirement mis en place quelques éléments qu'il convient de trouver (cadrage, arrière-plan, format, lignes de force...)  :

Il a très probablement opté pour un bon cadrage. Avant de déclencher, il a éliminé les éléments parasites. On ne peut pas le savoir, mais si il y a des éléments parasites, on est certain de la réponse.

Quelle est l’influence du cadrage sur la perception de la photo ? Par exemple, le cadrage vertical correspond souvent mieux aux portraits en pied ou aux éléments hauts, alors que l’horizontal convient mieux aux paysages ou aux groupes de personnes. Le sujet est-il centré ou non ? Le cadrage est-il serré ou large ? Y a-t-il un ou des éléments de "cadrage" au premier plan ? La mise en valeur du sujet est-elle réalisée par une plongée ou une contre-plongée ?

L'arrière-plan est bien soigné. Sommes-nous dans le cas d'un portrait ou d'un paysage ? Il a donc choisi un bon angle de vue et a positionné son sujet astucieusement en respectant la règle des tiers.

Quant au format, de quel type est-t-il ? "Paysage" ou "Portrait". Est-il bien adapté au sujet ? Pour rappel, le cadrage "paysage" donne un sentiment d'espace et de tranquillité. Il rend l’image stable, paisible et équilibré. A l’opposé, le cadrage "portrait" permet d'isoler un sujet, les éléments verticaux paraissent plus grands.

Quelles lignes de force, quels points d’intérêt se dégagent de la photo ? la règle des tiers est-elle encore ici appliquée ? Si non, pourquoi : est-ce lié à une contrainte extérieure ? Est-ce que cela semble être volontaire ? Quel est l’effet produit ? Enfin, les lignes droites ou les courbes sont-elles harmonieuses ? La répartition des masses est-elle harmonieuse ?


POUR CONCLURE, ENTRAINEZ-VOUS A LA CRITIQUE !

C’est maintenant une véritable synthèse qui se profile. Vous avez assez d’informations pour construire votre jugement sur la photo examinée et conclure : Cette photo me plait-elle ? est-elle réussie, et pourquoi ? Quelle intention a-t-on pu décrypter ?  Qu’aurais-je fait à sa place, et vous ?

Je reprendrai ce que j’ai dit en introduction : Faire la critique d’une photo demande des qualités humaines en plus de compétences photographiques. Une approche très diplomatique de type "progressive" est donc fortement conseillée. il faudra faire preuve de bienveillance pour ne pas blesser le photographe amateur.

Vous débutez ? Alors lancez-vous, écrivez vos premières impressions. Tentez ensuite de les développer en fonction du plan de cet article. Visitez Facebook, de nombreuses pages parlent des critiques photos, des groupes (ouverts ou fermés) fonctionnent sur ce thème. Tout le monde y va de sa belle plume… Pour certains tout est beau tout est toujours parfait, pour d’autres les critiques sont détaillées, plutôt constructives. Il également intéressant de voir l’évolution des critiques d’une photo au fil du temps. Entre les défenseurs et les détracteurs, vous pourrez vous faire votre idée.

La critique a pour objectif de débattre, de partager et d’échanger ses émotions. il s’agit de "relever les qualités et les défauts et donner lieu à un jugement de valeur".

Et bien, à vous maintenant…Téléchargez la fiche "Grille d'évaluation"

Site des photographes tranchais © ATPA