PHOTOGRAPHIER LA LUNE

michel pm« Cette nuit je vais grimper à la lune, m'installer dans le croissant comme dans un hamac et je n'aurai absolument pas besoin de dormir pour rêver. Mathias Malzieu ».
Observer le ciel est magique, mais le photographier c’est l’immortaliser. L’affaire n’est pas toujours simple !

En effet, beaucoup de communes sont équipées d’un éclairage diffusant, ce qui empêche de voir correctement le ciel. Heureusement, nos « technocrates » européens imposent maintenant une mise aux normes en orientant l’éclairage vers le bas.

A La Tranche-sur-Mer, l’éclairage public aux normes, sauf les carrefours, s’éteint à minuit par souci d’économie. Voilà d’excellentes conditions pour photographier le ciel, la lune rousse, la lune de sang, son éclipse et les étoiles.


LES PARAMETRES

telescope d'observation pour l'éclipse de luneNoter que photographier la nuit révèle les limites du matériel. Vous observerez le fonctionnement de votre boîtier dans des conditions limites.

Mais avant de vous lancer dans l’aventure, revoyez votre « check-list » : vêtements adaptés, lampe de poche, carte mémoire vide, batterie chargée, trépied, réglages des paramètres du boitier (difficile de le faire dans le noir), Format RAW (En .jpeg, les  corrections d’optiques ne seront pas accessibles), mode M (manuel), autofocus manuel, réduction du bruit désactivée (votre logiciel s’en chargera), mise au point à l’infini.

Quel objectif ? Pour réaliser ces photos, un appareil classique est suffisant (Reflex, compact, bridge ou hybride), mais il faut prévoir aussi un téléobjectif. 200mm me parait satisfaisant.

Un objectif de 300mm me semble aussi adapté aux détails (cratères, tâches…) ; Si vous avez un compact ou un bridge, il faudra zoomer au maximum.

C’est le pied ! Le problème des longues focales, c’est que la moindre vibration est amplifiée, ce qui entraîne un flou de bougé. 
L’utilisation du pied est donc fortement recommandé. Lorsque votre appareil sera sur pied, vous pourrez désactiver le stabilisateur d’images. Tout risque de bougé sera alors écarté.
Télécommande ou retardateur ? Vous pouvez utiliser une télécommande qui évite les vibrations lors du déclenchement. Si vous n’en disposez pas, il vous suffira de régler votre appareil sur « retardateur ». Sur le mien, j’ai deux temporisations à ma disposition.

Sensibilité : La sensibilité de base est 100 ISO. Vous pouvez augmenter selon votre boîtier. Les reflex d’entrée de gamme ont des images correctes entre 800 à 1 600 ISO, les appareils performants gèrent correctement les 4 000 ISO. Plus la valeur ISO est faible, meilleure est la photo en définition.

Le choix de la sensibilité se fera aussi en fonction de la focale. A main levée, vous devrez utiliser un temps de pose correspondant à la focale.


MAIS QUELS REGLAGES ?

POUR L'ECLIPSE

La luminosité d’une pleine lune est forte. Il n’y a donc pas besoin d’une pose longue : cela donnerait un résultat flou, la lune tournant autour de la terre.
En automatique, utilisez le mode Priorité à l’Ouverture (A ou Av). Choisissez une ouverture du type f/5,6 ou f/8 pour une bonne définition. Pour la lune rousse, optez pour f/8.
Pourquoi f/8 ? c’est souvent la valeur qui procure le meilleur rendu de l’objectif.

Côté vitesse : Une vitesse située entre 1/125 et 1/250 devrait faire l’affaire (mode Priorité à l’Ouverture). La lune est mobile et une vitesse trop lente la fera « flouter ».
L’utilisation de longues focales, implique de garder une vitesse dvitessee sécurité, au minimum égale à la valeur de la focale utilisée (300mm 1/300e).

Mise-au-point : Passez en mode manuel et réglez la distance de mise-au-point sur l’infini.
Si toutefois votre appareil ne vous permet pas d’utiliser ce mode, essayez d’utiliser le mode « mesure spot ». De cette façon, il n’effectuera plus un calcul moyen à partir des éléments, mais sur une zone réduite, centrale, que vous placerez sur l’astre.

Mesure de la lumière : favoriser plutôt la zone centrale.


LES PRINCIPAUX ECUEILS

SOUS-EX, SUR-EX, FLOU DE BOUGE

Si vous ne pouvez pas trouver le réglage idéal, privilégiez une légère sous-exposition. De cette manière, vous aurez toujours assez de matière dans l’image pour l’éclaircir au post-traitement.

La photo est sous-exposée : Si votre lune est trop sombre, trop grise, diminuez votre vitesse ou ouvrez le diaphragme. Sans augmenter la valeur de la sensibilité, testez différentes valeurs ou faites du bracketing si votre appareil le permet !

La balance des blancs : vous êtes en RAW inutile de se poser la question. Vous pourrez l’affiner alors qu’en JPEG, les corrections seront plus difficiles.

La photo est surexposée : Si la lune est surexposée, elle sera toute blanche et sans relief. Les cratères et les tâches de la lune doivent être visibles, il faut conserver de la matière : augmentez la vitesse d’obturation et/ou fermez d’un cran le diaphragme. Testez et/ou faites du bracketing si votre appareil le permet !

Le flou de bougé : Inutile de voir sur votre petit écran si la lune est nette. C’est sur votre PC, en zoomant, que vous verrez si elle l’est ou si vous observez un flou de bougé.

Puis-je photographier la lune avec une focale courte ? : Vous n’avez pas de focale de 200mm ? il faut abandonner l’idée de faire un gros plan. Profitez-en pour prendre la lune au milieu d’un décor. Vous pouvez intégrer des arbres, des toits, des silhouettes…


DU COTE DU POST-TRAITEMENT…

Logiciel de post-traitementLors du post-traitement, il s’agira, pour commencer, d’éliminer les défauts optiques (corrections d’objectifs, vignettage et aberrations chromatiques).

Ensuite, il faudra réduire le bruit de façon plus ou moins importante, accentuer un peu les contrastes, ajouter un peu de clarté, et renforcer la netteté de la lune. A La Tranche-sur-Mer, il n’y a pas de pollution atmosphérique qui rende le ciel jaunâtre, il ne sera pas nécessaire de jouer sur la balance des blancs pour corriger les teintes.
Si vous avez opté pour une sous-exposition à la prise de vue, vous aurez donc assez de matière pour l’éclaircir. En cas de difficultés à la prise de vue, je préfère toujours sous-exposer légèrement la photo puis la corriger en post-traitement (exposition et réduction du bruit) plutôt que de « cramer » les blancs et surexposant, mais c’est un sujet de débat…


LES PHOTOGRAPHES VENDEENS ET LES ECLIPSES

LA LUNE DE SANG DU LUNDI 21-01-2019

JEAN-CHARLES

portrait JCTPhénomène très rare, l’éclipse totale de lune, couplée à une super lune de sang, a débuté à 4h34 et a duré plus de 2h. Son « pic » était à 6h 12. Cette rareté a motivé Jean-Charles qui a mis le réveil à sonner !

A La Trancher-sur-Mer, le ciel était dégagé pour l’observer à l'oeil nu. Jean-Charles, du club photo de Jard-sur-Mer s’est attelé à la tâche.

« C’est vrai que ce fut un exercice difficile avec beaucoup de perte à cause de photos floues. J'ai cherché à conjuguer les paramètres décrits ci-dessous avec mon hybride Olympus OM-D-E-M10 mark2 (format 4/3) équipé d'un zoom 100-400mm  f4/f6.3. Le facteur multiplicateur est de 2, ce qui donne un 800mm en équivalent plein format. Le capteur est stabilisé 5 axes ce qui fait gagner environ 3 stops".


Photo de la lune de sang de Jean-Charles Touraine
Photo de l'éclipse de lune réalisée par Jean-Charles

SES PARAMETRES :

Réglage automatisme : priorité à l'ouverture en visant typiquement  f6.3 ou f8. Avec ces petits capteurs, la diffraction commence à f8/f10 et l'optimum est plutôt f5/f6.3

ISO : les plus faibles. Je suis resté entre 100 et 1600.

Exposition réglée sur spot : pour éviter les zones cramées irrécupérables au post-traitement, j'ai visé tantôt la zone claire tantôt la zone sombre en compensant l'exposition. Entre +0.3 et -4 pour avoir un histogramme bien centré. Sur mon APN, je peux voir l'histogramme avant de déclencher.

Vitesse (utilisation d'un pied très lourd d'astronomie) :  entre 1/320 et 6 s. J'avais mis le retardateur à 12s pour éviter le bougé de déclenchement

MAP : sa bête noire car l'objectif utilisé n'a pas de butée à l'infini !

"Quand la zone visée était lumineuse RAS, mais quand elle était trop sombre la MAP du zoom patinait et la mise au point manuelle de son appareil était peu précise car basée sur l'intensification ou le  grossissement".

Presque toutes ses photos réalisées avec la lune rouge à 100% et peu lumineuse, avaient des problèmes de netteté. La photo présentée est correcte car il y avait une petite zone claire. Jean-Charles a fait la MAP en auto sur cette zone en laissant le doigt à moitié appuyé sur le déclencheur, puis il est passé en zoom manuel pour viser la zone moyennement sombre.

Balance des blancs : sur lumineux mais ça ne joue pas car on peut modifier en post-traitement.

Post-traitement : effectué avec Lightroom en travaillant surtout exposition/zones claires/zones sombres et un peu la netteté sur les photos faites aux ISO élevés.


L'ECLIPSE TOTALE DE LUNE DU 28-09-2015

Le 28 septembre, vous vous êtes levé très tôt pour fixer sur votre fichier numérique l'éclipse totale de lune » qui a eu lieu vers 4h47. Trois photographes tranchais, Philippe, Daniel et Michel, ont essayé de la photographier. Ils ont eu beaucoup de courage !

PHILIPPE

Philippe le baroudeurPhilippe, grand baroudeur photographique et redoutable tennisman, est équipé d'un Canon EOS 600D et d'un zoom Canon 70-250mm. Il a utilisé son zoom au maximum; soit 250 mm. La mise au point automatique était débrayée.
Pour les prises de vues, l'appareil était monté sur pied et le retardateur réglé sur 2 secondes.

Il a ensuite effectué plusieurs prises de vues à différentes valeurs en fonction de l'ombre et de la luminosité de la lune. En fait la sensibilité a varié suivant les clichés entre 100, 200,400 et 800 ISO.
L'ouverture choisie était F/5.6 et la vitesse d'exposition, variable de 1s à 1/500 s. Phil pense qu'avec un 400 ou 500mm les photos auraient été plus belles.


philippe gf
Photo de l'éclipse de lune réalisée par Philippe

DANIEL

Le portrait de DanielDaniel est équipé d'un Canon EOS 1DX. Son objectif 400mm F/2,8 était équipé d'un doubleur de focale ce qui lui permettait d'obtenir une focale équivalente à 800 mm.

L'ensemble était monté sur un trépied. Les clichés ont été réalisés en mode ISO automatique.

La sensibilité a donc varié entre 320 et 12 000 ISO.
Le mode priorité ouverture a été choisi et l'ouverture était de F/5.6. L'autofocus était débrayé.


Eclipse de la lune réalisée par Daniel
Photo de la lune réalisée par Daniel avant l'éclipse

MICHEL

michel portraitMichel est un photographe plein de curiosité. Il est toujours à la recherche d'un angle de vue particulier. Dans les sorties, il est souvent à l'arrière avec son équipement à l'affût de divers centres d'intérêt.
Son appareil est un Sony bridge.

Toutes les prises de vues ont été faites à main levée et en mode automatique.

Les photos ont été corrigées sur un logiciel de retouche pour en améliorer la netteté et la lumière.

 


Montage de l'éclipse réalisé par Michel
Photo de l'éclipse de lune réalisée par Michel

ALLEZ PLUS LOIN !

PHOTOGRAPHIEZ LES ETOILES FILANTES

Parlons un peu sécurité photographiqueL’étoile filante est un phénomène lumineux qui accompagne l'entrée dans l'atmosphère d'un corps appelé « météoroïde ». Il rentre en contact avec l’atmosphère terrestre, s’échauffe et brûle en émettant une intense lumière avant de disparaître.

Il est impossible de prévoir leur apparition, mais il existe des périodes propices (ex : mi-août). La Terre,  traverse alors une zone particulièrement poussiéreuse de son orbite et on peut admirer des dizaines d’étoiles filantes dans le ciel noir.

Il est possible aussi, pour bien se placer, de prédire la direction de leur entrée dans l’atmosphère. Renseignez-vous, cherchez sur Internet.

La technique sera toujours la même : pose longue, objectif de courte focale et beaucoup d’attente sans certitudes.

 

Site des photographes tranchais © ATPA